Washing Off The Memories Of The Body
0 commentaire

Laver les souvenirs du corps

Sadhguru explique comment le corps acquiert la mémoire et quels sont les moyens de nettoyer le système des impressions passées.

Le corps a sa propre mémoire. Aujourd’hui, des recherches sont menées dans ce sens. Pour le dire de manière simplifiée, disons par exemple que votre père, lorsqu'il était enfant, aimait jouer avec des objets ronds, des cailloux ronds et des choses comme ça, et il a développé un certain niveau d'implication avec eux. En tant qu'enfant, sans savoir pourquoi, vous aurez tendance à choisir des choses similaires. Il est prouvé que ces répétitions se produisent. C’est simplement parce que vous portez un certain matériel génétique. Runanubandha est la mémoire physique que vous portez en vous. Cette mémoire peut être acquise grâce aux liens de sang ou aux relations sexuelles. Le corps se souvient de toute sorte d’intimité – non seulement avec un autre corps physique, mais avec n’importe quelle substance physique.

Il existe certains festivals en Inde comme Pongal ou Bhogi qui visent à nettoyer votre bagage mental, votre bagage émotionnel et votre runanubandha. Nous faisons du Klesha Nashana Kriya. Vous pouvez le considérer comme un rituel de lavage au feu, que vous pouvez utiliser si une douche régulière ne suffit pas à vous nettoyer. Klesha Nashana Kriya est une façon de brûler des souvenirs physiques que vous avez accumulés – pas nécessairement à cause de vos relations. Rien qu’en entrant en contact avec des personnes, des situations, des atmosphères, tant de choses, le corps capte des souvenirs.

Il y a un lavage au feu et, bien sûr, un lavage à l'eau tous les jours. À l’époque de ma vie où je pratiquais beaucoup de sadhana, je prenais entre cinq et sept douches par jour, parce que votre système devient si sensible. Par exemple, vous êtes assis sur un coussin particulier et vous êtes conscient de ce que ce coussin vous fait, vous souhaitez donc le laver en laissant au moins l'eau couler sur votre corps. Je n’avais pas calculé que je devais prendre une douche cinq ou sept fois par jour – quand j’en avais envie. La plupart des yogis prennent un bain au moins deux fois par jour, au minimum. Habituellement, il s’agit d’un plongeon dans la rivière – vous plongez dans l’eau courante pour être lavé.

Durant certaines saisons, comme le déplacement du Soleil de l'hémisphère sud vers l'hémisphère nord, et encore du nord au sud, les vents sont forts sur le sous-continent indien. Un processus simple consiste à aller se tenir face au vent pour obtenir un bon lavage à l’air. Cela vous fera des merveilles. Essayez ceci : quand il y a une forte brise, portez simplement quelque chose de ample et restez là pendant une demi-heure, les yeux fermés, en en étant conscient. Tournez-vous dans les deux sens pour que la brise circule sur vous d’avant en arrière. Vous vous sentirez tellement plus léger et mieux.

A l'ashram, tous les brahmacharis lavent leurs vêtements séparément. C’est parce qu’ils pratiquent tous une sadhana et que chacun a ses propres caractéristiques – nous ne voulons pas que tout soit mélangé. Une autre façon d’éviter toute confusion consiste à enduire les vêtements de terre à chaque lavage. Les sadhus et les sanyasis utilisent toujours de la terre rouge finement tamisée pour teindre leurs vêtements. Les vêtements sont à l'origine blancs, mais comme ils sont constamment lavés avec de la terre filtrée, ils prennent une couleur boue. De même, les bâtiments de l'ashram sont peints avec de la terre et un certain adhésif pour qu'il adhère comme de la peinture. Ceux qui pratiquent une sadhana intense doivent soit se laver séparément, soit enduire leurs vêtements d'un peu de terre à chaque fois que vous les lavez, de sorte que le seul runanubandha que vous ayez soit avec la terre – et non avec les gens ou les choses autour de vous. En dehors de cela, si vous portez des vêtements trempés dans de la terre rouge, cela rappelle au corps d’où il vient et où il ira. Une autre façon de procéder est de prendre un bain de boue – l’idée d’un bain de boue est de tout nettoyer.

Le nouveau livre de Sadhguru, INNER ENGINEERING : A Yogi's Guide to Joy, a récemment été publié le 20 septembre. Sadhguru présente ici un guide sophistiqué d’autonomisation basé sur l’enseignement et les principes du yoga classique. Ce système est un moyen de créer un cadre de stabilité intérieure, aidant ceux qui pratiquent à devenir les architectes d’une vie joyeuse.

Bhuta Shuddhi – Transformation élémentaire

Sadhguru examine comment le processus de Bhuta Shuddhi peut transformer un être humain de manière miraculeuse, en imprimant le bon type d'informations sur chacun des éléments.

Sadhguru : « Chaque pratique yogique, quelle qu'elle soit, est essentiellement tirée du processus du bhuta shuddhi. Si vous faites un asana, un surya namaskar, un surya kriya, un pranayama ou un kriya, d'une certaine manière, vous faites du bhuta shuddhi. En d’autres termes, vous abordez la vie dans sa forme la plus fondamentale, à savoir les cinq éléments. Vous pouvez aborder la vie comme le corps. Vous pouvez aborder la vie comme du prana ou de l’énergie vitale. Vous pouvez aborder la vie au niveau cellulaire. Vous pouvez même aborder la vie au niveau atomique. Ou vous pouvez aborder la vie au niveau élémentaire, qui est le plus fondamental. Le yoga est une tentative dans ce sens.

Ce sont ces cinq éléments qui composent ce corps, cette planète, ce système solaire et l'univers. Chacun de ces cinq éléments a sa propre nature et tous sont capables d'absorber et de retenir des informations. L’ensemble du système du bhuta shuddhi a évolué à partir de la connaissance que les cinq éléments peuvent capter et retenir des informations. Si l’information est correctement insérée dans quelque chose, cela crée également une intention. En fonction du type d'informations que vous détenez sur quelque chose, vous développez naturellement une certaine intention envers ce quelque chose. Une fois que vous avez une intention, vous commencez à avancer dans cette direction.

C’est cette base qui confère au bhuta shuddhi son efficacité et sa capacité à transformer miraculeusement un être humain. Le processus que nous effectuons actuellement à Isha est une forme simple de bhuta shuddhi. L’intention derrière le bhuta shuddhi est que lentement, sur une période de temps, les éléments en vous devraient suivre vos instructions. Une fois que vous avez la capacité de faire fonctionner les éléments en vous comme vous le souhaitez, il n’est pas loin d’avoir un impact sur les éléments qui vous entourent.

L’idée de la pratique du bhuta shuddhi est de réorganiser la façon dont les éléments fonctionnent en vous. Vous voulez changer l’intention avec laquelle ils fonctionnent en vous. Si les éléments en vous fonctionnent de la même manière qu’ils fonctionnent dans la terre ou dans un arbre, cela ne vous est d’aucune utilité. Dans le système humain, les éléments fonctionnent d’une manière particulière. Nous voulons qu’ils fonctionnent de cette façon et qu’ils se transforment en possibilités de plus en plus élevées.

En fait, chez chaque individu, les éléments fonctionnent de manière unique. Les systèmes médicaux traditionnels de l’Est ont toujours identifié ces différences individuelles. En ce sens, ces systèmes sont des médicaments sur mesure. Il n’existe pas de prescription commune pour tout le monde. À moins que le médecin soit capable d’examiner chaque individu et d’identifier ce qui est nécessaire pour cette personne en particulier, le traitement ne fonctionne pas aussi bien qu’il le devrait.

Le diagnostic n'est pas basé sur la maladie ou l'affection dont on souffre mais sur la façon dont le système de chaque individu est construit. Le diagnostic ne porte pas sur la maladie, mais toujours sur l'individu. Le traitement est basé sur la façon dont ce corps particulier et ce mécanisme humain fonctionnent, et sur la manière dont ils sont organisés en eux-mêmes – et non sur les symptômes d’une certaine maladie. En d’autres termes, dans les systèmes orientaux, le traitement n’est jamais symptomatique, alors que le système allopathique est 100% symptomatique. Si cinq d’entre vous présentent les mêmes symptômes, vous recevrez tous les cinq le même médicament. Mais dans le Siddha et l’Ayurveda, si cinq d’entre vous présentent les mêmes symptômes, vous recevrez différents types de médicaments, car les médicaments sont destinés à votre système particulier et non à la maladie.

Lorsque vous chantez le mantra Bhuta Shuddhi et que vous prenez les éléments – la terre, l’eau, l’air et le feu – en vous, vous essayez d’influencer leur fonctionnement en vous. Il est important d’être profondément concentré sur cela.

Bhuta shuddhi ne doit pas se dérouler comme un exercice mais avec une implication absolue, comme une histoire d'amour. Ces cinq éléments se réunissent et produisent quelque chose de si complexe, de si fantastique, c’est une formidable histoire d’amour. Votre bhuta shuddhi doit se dérouler avec un sentiment de dévotion et d’amour. Votre esprit, vos émotions, votre énergie, votre corps physique – tout devrait être impliqué dans cela. Sans cette implication, vous pourrez quand même obtenir certains bénéfices physiques, mais vous ne connaîtrez pas toute la profondeur et la dimension du processus. Si vous vous y consacrez totalement, ce processus simple peut changer les fondamentaux de votre vie.

Le nouveau livre de Sadhguru, INNER ENGINEERING : A Yogi's Guide to Joy, a récemment été publié le 20 septembre. Sadhguru présente ici un guide sophistiqué d’autonomisation basé sur l’enseignement et les principes du yoga classique. Ce système est un moyen de créer un cadre de stabilité intérieure, aidant ceux qui pratiquent à devenir les architectes d’une vie joyeuse.

Mots-clés : article

Article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés