Ahimsa – The Golden Rule
0 commentaire

Ahimsa – La règle d’or

Nous vivons une époque intensive où la conscience est fortement accélérée. Dans le même temps, cette rapidité révèle un état de déséquilibre tout aussi intense, où se manifestent de nombreux niveaux de vulnérabilité dans les communautés urbaines et rurales. Avec l’avènement de la mondialisation, la force centrale du bonheur, de l’amour et de l’éducation humaine a été gravement compromise. Et cette force centrale étant compromise, la détérioration progressive de la communauté humaine a suivi. Dans cet état de détérioration, nous nous sommes éloignés de nos racines – ancestrales, saisonnières, géographiques et archéologiques. Ces racines sont notre principale source de nourriture pour le corps et l’esprit. Pour restaurer des conditions harmonieuses dans nos cultures, nos communautés et en nous-mêmes, nous devons nourrir la paix. Pour ce faire, nous réaffirmons la vie d’ahimsa comme la priorité absolue de notre époque.

Chacun de nous possède en lui l’énergie auto-organisatrice de l’ahimsa. Tout d’abord, afin de déplacer la conscience globale vers un esprit de paix, nous devons parvenir à cet esprit de paix en nous-mêmes. En comprenant la guérison comme un processus pérenne, l’énergie toujours génératrice d’être entier, nous pouvons maintenir une vie exempte de maladie et de désespoir.

L'Ayurveda nous informe que nous sommes toujours entiers : avec la maladie, sans maladie, avec désespoir, sans désespoir, avec douleur et sans douleur. La paix est la liberté absolue de toute forme de désordre et chacun de nous porte en lui ce pouvoir créateur ; Quelles que soient nos détresses karmiques, la paix reste intacte, ininterrompue dans le cœur humain. La difficulté à maintenir l’harmonie intérieure n’est pas un défaut de l’ahimsa. Le degré de paix que nous favorisons dépend de notre relation avec l’esprit, qui est façonnée par la façon dont nous réagissons aux souvenirs conditionnés.

Nous fortifions l'ahimsa en cultivant la conscience personnelle. Pour nourrir la paix, nous devons d’abord guérir l’esprit. En nous alignant sur ce processus, nous révélons la caverne cachée des désirs, des peurs, des faiblesses et des souffrances non résolus, transportés de génération en génération, de vie en vie. Cette révélation d’une négativité non résolue nous donne l’opportunité de guérir et de récupérer le don immuable de l’ahimsa qui attend avec impatience notre ouverture. Le résultat réussi de cette guérison est la réalisation de notre état naturel de paix. Il est essentiel d’être présent dans le processus de guérison, aussi inattendu et difficile soit-il. Le processus est souvent difficile à affronter car il n’est pas si joli. Il contient, au cœur de celui-ci, cette partie de notre voyage qui est cachée, ce « blocage » et ce manque d’acuité qui doivent être secoués et effrontés. Si nous sommes capables d’affronter de front cette partie cachée de notre voyage, nous nous ouvrons à l’esprit et trouvons la résolution.

Voici un exercice simple qui m’a été utile dans mes heures les plus sombres : je trouve quelque chose pour lequel je suis reconnaissant ; un arbre rempli de lumière, un ami qui me vient en aide ; un oiseau en vol, un nuage joyeux qui passe ; en regardant une photo du visage aimant de ma mère. Certes, ce changement est difficile à réaliser lorsque nous sommes coincés, agités par la peur, l’angoisse ou le désespoir. Mais Mère Nature nous tend toujours la main et nous tire vers l’extérieur. Soyez simplement. Ouvrez les yeux et engagez-la. Une fois que nous voyons sa lumière et reconnaissons l’amour de la nature qui se déverse dans l’âme, nous pouvons passer à l’étape suivante.

Attribuer les difficultés et les épreuves, la douleur et l'angoisse à la croissance karmique ; et non à l'injustice ou à l'injustice. Ahimsa consiste à ne blâmer personne, rien. Nous guérissons lorsque nous pouvons invoquer une intention claire d’honorer notre voyage, quel que soit le déroulement de celui-ci. Les défis sont nombreux, mais la solution est la même pour nous tous. Faites de la paix votre première priorité. En d’autres termes, libérez l’esprit et faites le travail dédié pour créer l’harmonie intérieure – Ahimsa ! Lorsque nous sommes renversés, à quelle vitesse pouvons-nous nous souvenir de « Je suis Ahimsa » ! Ensuite, relevez-vous et efforcez-vous de faire naître l’amour en laissant à Ahimsa l’espace dont elle a besoin en vous, pour s’allumer et couler.

En vivant l’ahimsa, nous apprenons que la paix ne dépend pas de conditions propices, de ce que nous mangeons, de ce que nous pensons, ou même de ce que nous disons. La paix, c’est apprendre à transcender la discorde, le désordre, la maladie et le désespoir en atteignant cette flamme intérieure, la lumière irrévocable et incorruptible qui redéfinit toutes les conditions de vie. La paix, c'est se sentir à l'aise avec le terrain charnel des os nocifs et pourris. La paix apporte sa propre réponse à travers nous une fois que nous restons centrés sur son champ. Ahimsa nourrit la paix. Il s’agit de materner, d’accepter, de donner, de prendre soin et de protéger cet espace serein du Soi Unique que nous partageons tous. Cette paix engendre le plus grand amour. Mes ancêtres védiques considéraient l’amour et la paix comme fondamentaux de la nature. Ils ont reconnu que l’harmonie naît uniquement de la coopération avec la nature. Ils se sont abandonnés à la nature pour apprendre à maintenir une vie communautaire prospère. Ils ont travaillé dur pour nourrir la paix et faire prospérer l’amour. Récoltant des herbes, des racines, des fruits et des légumineuses sans matraquer la forêt ou les animaux de leur communauté, ils considéraient leurs tâches quotidiennes comme un devoir sacré de continuer à réensemencer l'amour dans le sol. Ils savaient, ce que nous sommes en train de redécouvrir : la plus grande valeur de la vie humaine est de nourrir la paix.

AhimsaArticleKarma

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés